Les chèques vacances : faut il les accepter


Les chèques vacances existent depuis 1982. Ils permettent à des salariés du privé comme du public de payer des prestations liées aux vacances. Au total, ce sont 4 millions de foyers et 10 millions de personnes qui en bénéficient. Pour donner un ordre de grandeur à ce que cela représente : en 2011, ce sont 116 millions de chèques vacances qui ont été distribués auprès des salariés, pour un montant total de 1,3 milliard d’euros. Ainsi, 170 000 prestataires acceptent les chèques émis par plus de 20 000 entreprises et administrations.

Derrière ces chiffres, ô combien impressionnants, se cache un moyen de paiement qui a de nombreux avantages pour les salariés comme pour les entreprises et administrations. Les premiers ne payant pas la totalité de la valeur du titre. Pour les entreprises, ils s’agit d’un outil de management et motivation efficace, sans oublier qu’ils sont exonérés partiellement de charges sociales.

En résumé, les chèques vacances ont encore de beaux jours devant eux !

Les avantages à accepter les chèques-vacances pour votre location saisonnière

Tout d’abord, il s’agit d’un titre sécurisé. Contrairement à un chèque bancaire, vous êtes certain d’être payé.

Ensuite, il s’agit d’un moyen de paiement qui va vous amener une clientèle spécifique dans votre location saisonnière. Les personnes disposant de chèques vacances ( qui sont valables pendant deux ans) chercheront prioritairement des gîtes, chambres d’hôtes ou meublés de tourisme qui les acceptent.

Pour vous trouver, les utilisateurs des chèques vacances disposent d’un annuaire (http://guide.ancv.com/) . Ce dernier vous permettra d’être plus visible.

De plus, vous profitez de l’image positive et sécurisante des chèques vacances. Ceci va rassurer vos visiteurs et vous permet de les convertir en locataires. Et ce, même s’ils n’utilisent pas, in fine, ce moyen de paiement.

Les inconvénients à accepter les chèques-vacances pour votre meublé de tourisme

Tout moyen de paiement a ses inconvénients. Le chèque vacances n’échappe pas à la règle.

Le premier d’entre eux, la commission de 1% que perçoit l’ANCV à titre de frais de gestion sur le remboursement. Si le montant des chèques est inférieur à 200€, les frais sont de 2€ (donc plus que 1%), et au delà ils s’établissent à 1%.

Un autre inconvénient est le délai de paiement.  Il est plus important que dans le cas d’un paiement par carte bancaire ou chèque. L’ANCV s’engageant à vous rembourser sous 21 jours.

Pour finir, les chèques vacances nécessitent pour votre location saisonnière, plus de temps de travail. Vous devez renvoyer un bordereau de remise à l’ANCV. Un travail minime certes.

Fonctionnement des chèques-vacances : souscription et encaissement

Vous voyez l’intérêt des chèques vacances et vous voulez les mettre en place ?

Rien de plus simple, vous devez simplement signer une convention avec l’Agence nationale des chèques vacances (ANCV). Dans cette lettre, vous vous engagez à respecter les règles concernant l’utilisation des chèques vacances.

Attention ! vous devez disposer d’un numéro de SIRET pour pouvoir proposer les chèques vacances comme moyen de paiement dans votre établissement.

Vous pouvez effectuer les démarches ici : https://espace-ptl.ancv.com/espacePrestataire/eligibilite

Cette convention de 5 ans est soumise à certaines obligations :

  • Afficher le fait que vous les acceptez sur le lieu de votre location.
  • Interdiction de les refuser.
  • Vérifier la concordance de l’identité qui figure sur le chèque avec la personne.
  • Vérifier la date de validité
  • Refuser les cheques incomplets.

Finalement que des conditions non restrictives et très logiques.

Et vous ? Avez vous mis en place les chèque vacances ? Souhaitez vous le faire ? Qu’est ce que cela vous apporte ?

Partagez votre expérience avec les autres propriétaires en commentaire ci dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *